Tranche de vie

Publié le par Pam

Au début, je ne faisais ce blog que pour partager des idées de recettes et échanger sur celles-ci pendant ma période de chômage, mais comme vous avez pu le constater, l’idée de base s’est quelque peu modifiée… et le blog a quand même survécu à mon retour sur le marché du travail. C’est grâce à vous tous que je continue et que je vois que je ne fais pas ça pour rien et j’aimerais vous remercier. Avec presque 800 visiteurs et plus de 1 150 pages vues depuis sa création en août 2009, vous me donnez encore plus le goût de continuer et de personnaliser mes billets… que je commence de ce pas avec la nouvelle catégorie « journal intime ». Ne vous inquiétez pas, je ne vous prendrai pas pour un psy, mais cette catégorie servira essentiellement à faire partager des trucs de mon quotidien.

 

Il y a plus d’un an, ma grand-mère maternelle est décédée à la suite de complication d’un virus attrapé à l’endroit où elle résidait. Son mari lui aura survécu plus d’un an, mais dans un piètre état. À l’instant où j’écris ses lignes, il est dans un centre de soins palliatifs et il attend sa mort, pour aller rejoindre sa femme avec qui il a passé 60 ans de sa vie.  Au risque de vous paraitre sans cœur, je n’ai jamais voulu accompagner qui que ce soit dans les derniers moments. Dès que j’ai su que ma grand-mère était malade et qu’elle ne s’en sortirait pas, j’ai arrêté d’aller la visiter. Je trouve que c’est un poids immense et je suis incapable d’en gérer les conséquences. Même chose pour mon grand-père. Cela fait presqu’un mois qu’il est malade, qu’il a un cancer généralisé et malgré tout l’amour que j’éprouve pour lui, je suis incapable d’aller le voir, de m’apercevoir qu’il est résigné à mourir… Mais il est tellement en paix avec cette décision que je ne peux que l’accepter.

 

C’est un homme qui a toujours été prêt à aider « son monde » et il n’accepte pas la chicane qui règne dans la famille depuis plus de 10 ans. J’ai pour mon grand-père un immense respect et j’espère de tout cœur qu’il sait que je l’adore.

 

Pour toutes ses raisons, j’irai me faire tatouer un petit quelque chose, en l’hommage de mes grands-parents maternels, dès que mon grand-père aura quitté ce monde pour aller rejoindre sa douce et que l’été aura fait place à des températures plus froides. Les nouveaux tatouages n’aimant pas le soleil, l’eau et la chaleur, il me reste environ 4 semaines pour penser au dessin en l’honneur de mes grands-parents. J’ai déjà l’idée de base, il ne reste qu’à peaufiner l’ensemble et choisir un tatoueur, puisque l’homme qui a fait mon dernier tatouage est introuvable. Histoire à suivre!

Publié dans Journal intime

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article